Jouer / Spectacles

Méduses // Chimère & apocalypse aquatique // création 2019

Une broderie musicale, cinématographique et aérienne, aiguillée par Méduse, la mythique.

Méduses est un spectacle hybride mêlant trapèze, cinéma super 8 et musique électronique, une plongée chimérique à la rencontre de Méduse et ses sœurs.
Suspendue au sort cruel que lui réservent les dieux, Méduse est métamorphosée. Mutante, elle renaît dans les océans et enfante de millions de créatures animales qui viennent comme une vengeance déstabiliser les infrastructures de la société industrielle.

Cette création transdisciplinaire est une fable qui nous plonge dans les profondeurs de la mythologie et s’inspire de faits réels pour nous parler de consentement, de puissance et d’écologie. Les matières sonores, corporelles et visuelles s’entremêlent en une forme d’hallucination expérimentale et merveilleuse.

https://collectif-aurita.jimdosite.com

collectifaurita@netcourrier.com

Les Cœurs Cousus // forme aérienne pour trapèze, musique et voix

Librement inspirée de l’univers du roman de Carole Martinez

Travaux d’aiguille et pouvoir féminin, savoir ancestral, désir et frustration ensevelis sous une nuée d’insectes. Folie et désespoir amoureux, jungle rebrodée, rêve éveillé.
Broderies, dessins, dentelles, cheveux, liquides, ombres, billes…

 Vive le feu // d’après « La petite fille aux allumettes » d’Andersen

Spectacle musical conté- Trio – mime, échasses, homme orchestre

Hiver 2014, Maison de quartier Jean Moulin, Montreuil

 Vive le feu – extrait

Peau d’âne – Féérie baroque // Pièce musicale par l’ensemble Ma Non Troppo

Dans une contrée lointaine, une princesse doit échapper à son père, qui veut l’épouser après la mort de sa femme. Il est prêt à tout pour cela, même à sacrifier l’âne merveilleux qui a fait sa fortune.
Dans cet univers un peu naïf qui est propre aux contes de princes, princesses et bonnes fées, dans le royaume où est née Peau d’âne, la magie ne peut pas tout. Seule la fuite, attitude humaine, et la désobéissance à l’autorité du père sauvera l’héroïne.

Cinq musiciens et une artisane textile racontent l’histoire de Peau d’Âne, telle que la raconte Charles Perrault en 1697. Ils ne s’écartent pas du chemin fascinant qu’il a tracé mais, au fil du texte, la voix laisse place aux instruments et aux ornementations de fils et d’aiguilles…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s