Jouer – spectacles

State of Shock

-pièce de trapèze à double visage-

d’après le morceau « State of shock », The Ex

Trapeze (11).JPG

Trapeze (13).JPG

Trapeze (4).JPG

Trapeze (5).JPG

Trapeze (52).JPG

Trapeze (58).JPG

Trapeze (64).JPG

Trapeze (71) 2.JPG

Trapeze (81).JPG

Trapeze (107).JPG

Trapeze (84).JPG

Trapeze (85).JPG

Trapeze (87).JPG

I’m moving towards a state of shock
Repeats again of what’s already been said
The same mistakes keep hitting us like booby trap blanks
We still learn nothing, living in Tinseltown

My apartment’s on the umpteenth block
Some neighbours don’t really treat me so bad
One used to live in a life-size tank
He thinks it’s sad that this wall fell down

Outside they’re selling pieces of rock
Well, i want nothing of this daily threat
Loads of that crap in the local bank
Easy targets for our wasteful clowns

But hey, one day i’m gonna find this precious frog
Might be my princess, maybe her name is Fred
Those stupid clouds will fade to reveal my thanks
This state of shock is a merry-go-round

State of shock been said booby-trap Tinseltown
Umpteenth block so bad life-size tank fell down
Bits of rock daily threat local bank of clowns
Precious frog named Fred my thanks go round

One might wander about in caverns of doubt
But why be afraid to find reasons to banquet
Sure, one can hide but there’s a world outside
Must be pretty safe under a fire-proof blanket

Les Cœurs Cousus

– forme aérienne pour trapèze, musique, voix et image –

librement inspirée de l’univers du roman de Carole Martinez

Tout un univers chimérique se déploie et habite la scène :

travaux d’aiguille et pouvoir féminin, savoir ancestral, désir et frustration ensevelis sous une nuée d’insectes, folie et désespoir amoureux, jungle rebrodée, rêve éveillé.
C’est un dispositif avec quatre personnes. Une au trapèze, une au rétroprojecteur, une à la musique, une à la voix. L’image fabriquée en direct est statique ou en mouvement, projetée sur la trapéziste et sur le drap tendu derrière elle. Broderies, dessins, dentelles, cheveux, liquides, ombres, billes… La trapéziste évolue dans les images, lumières et couleurs projetées sur elle, tout comme dans le drap à travers son ombre portée.

le dos en dentelle.JPG

* Les étranges errent *

balade, interlude, escroquerie, petite forme passante,…toujours musicales et hautes perchées

A l’occasion de l’ouverture du festival « Des habits et vous » initié par la médiathèque de Melun l’Astrolabe, Les étranges errent sortent de l’ombre, au creux de l’automne 2012.

Duo binaire cousu de fils blancs et de ficelles d’argent.

Il y a l’image débordante de celle qui songe à saisir le cœur des oiseaux en plein vol. Elle s’élance, vacillante sous une marée de dentelles élimées. Le poids de l’héritage suspendu aux jupons, elle tire le fil infiniment jusqu’à l’autre. L’autre, ou l’homme-orchestre au nez de corbeau, animé par elle, errant entre les nœuds de son sillage ourlé au vent.

C’est la figure d’un ancien militaire déchu rebrodé de paillettes fanées, qui joue l’homme-orchestre, recyclé à la parade d’un cirque de bord de périph’. Clarinette, trompette, sifflet, clochettes et porte voix accrochés à la boutonnière, donnent le ton en boucle, amplifient l’air du temps. La mélodie s’emballe vers un klezmer foudroyé d’une pluie de feuilles mortes.

Vidéo « Des habits et vous »

 D’après « La petite fille aux allumettes » d’Andersen

Spectacle musical conté pour trio – mime, échasses, homme orchestre

Hiver 2014, Maison de quartier Jean Moulin, Montreuil

 La petite fille aux allumettes – extrait

Peau d’âne – Féérie baroque

Pièce musicale par l’ensemble Ma non troppo

Dans une contrée lointaine, une princesse doit échapper à son père, qui veut l’épouser après la mort de sa femme. Il est prêt à tout pour cela, même à sacrifier l’âne merveilleux qui a fait sa fortune.
Dans cet univers un peu naïf qui est propre aux contes de princes, princesses et bonnes fées, dans le royaume où est née Peau d’âne, la magie ne peut pas tout. Seule la fuite, attitude humaine, et la désobéissance à l’autorité du père sauvera l’héroïne.

Cinq musiciens et une artisane textile racontent l’histoire de Peau d’Âne, telle que la raconte Charles Perrault en 1697. Ils ne s’écartent pas du chemin fascinant qu’il a tracé mais, au fil du texte, la voix laisse place aux instruments et aux ornementations de fils et d’aiguilles…

Charles Perrault écrit ses Contes à la fin de sa vie, et prétend qu’ils lui viennent de sa jeunesse, des soirées passées au coin du feu avec sa nourrice. Au texte nostalgique de Perrault, déclamé ou mis en musique, viennent s’ajouter les partitions baroques, des morceaux contemporains de l’époque à laquelle Charles Perrault écrit ses Contes. Les concerts royaux de François Couperin côtoient les évocations de basse-cour de Marc-Antoine Charpentier et les danses populaires de Philidor, qui fut comme Perrault un collecteur…

Les instruments choisis rappellent également cette époque passée, et devenue merveilleuse, des contes : on croise les violons, le basson baroque, mais également l’épinette, l’orgue, la dulciane, la viola de spalla, le cornet à bouquin …

A ce riche matériau sonore, répondent tissages, broderies et sculptures textiles qui émaillent le décor, et nous emmènent vers un paysage fantastique ourlé de brillance et de dureté .

Dans cette « fantaisie », l’esthétique baroque est prise au pied de la lettre : à chaque instant du conte correspond un jeu musical, un timbre, une forme, une matière. L’émotion poétique jaillit d’une association d’idées, les instruments deviennent des acteurs, les robes évoluent seules sous l’apesanteur de la magie.

robe de lune

Mathilde Horcholle, flûte

Emmanuelle Huteau, chant, basson, dulciane

Louis Creac’h, violon, cornet à bouquin

Camille Rancière, alto, viola de spalla

Ganaël Schneider, épinette, orgue, percussions

Cloé Rousset, aiguille à coudre, crochet à dentelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s